• Contact Équinoxe

Climat : quand nos élus confondent réalités scientifiques et idéologies politiques

Dernière mise à jour : 17 nov.


Philippe Cochet, Maire LR de Caluire et Cuire durant le Conseil de la Métropole de Lyon

Le collectif Pour un réveil écologique, a récemment eu la surprise de voir Monsieur Philippe Cochet (Maire LR de Caluire et Cuire) confondre réalités scientifiques et idéologies politiques.


Alors qu'un nouveau règlement de publicité interdisant les bâches publicitaires géantes ainsi que les publicités près des écoles a été adopté le 27 juin dernier par la Métropole de Lyon, Monsieur Cochet s'est insurgé d'une campagne d'affichage lancée une semaine plus tard dans les métros et tramways de Lyon, exemple selon lui, du deux poids, deux mesures de la majorité EELV à l'égard de publicité.


Que ce soit par méconnaissance ou mauvaise foi, on pourrait presque ajouter cette remarque aux fameux discours de l'inaction climatique. Comme le souligne Pour un réveil écologique, cette campagne d'affichage n’est pas une campagne publicitaire [1] à des fins d'enrichissement, elle a pour but d'alerter la population française sur les risques créés par le dérèglement climatique (une des 6 limites planétaires que nous avons déjà franchies).


Les affiches présentent les conclusions d’un volumineux travail de synthèse qui présente la mise à jour la plus importante de toutes les connaissances en climatologie dans le monde depuis la publication du précédent rapport en 2014. Durant 8 ans, environ 18 000 papiers scientifiques ont été analysés bénévolement par 278 experts du monde entier qui ont également répondu à plus de 59 000 commentaires posés par d’autres experts de ces questions et des gouvernements.


Il ne s'agit donc pas d'une forme déguisée de propagande politique de la majorité EELV mais d'un consensus scientifique [2] mondial. Il ne s'agit pas de dogmatisme, il s'agit de réalités objectives, quantifiables et observables dont les conséquences pour les sociétés humaines et le reste de la nature sont d'ores et déjà désastreuses. C'est donc une campagne d’intérêt général.


Cette "problématique" ne concerne donc pas seulement les partis écologistes, mais tous les habitants de notre planète. Et elle nous concerne d'autant plus que parmi les 7 millions d'espèces et les centaines de milliards d'individus qui la peuplent, seule notre espèce est à la fois responsable et en mesure de limiter les ravages engendrés par ces grandes crises.


Il est donc urgent que les faits scientifiques soient maîtrisés par toutes les personnes liées de près ou de loin à la politique. La complexité des questions qui lient climat, agriculture, énergie, culture, modèles économiques, etc., ne peut être sérieusement appréhendée et comprise sans rigueur et nuance. De nombreux exemples illustrent cette incompétence sur le sujet, qui perdure autant qu’elle décourage.


C'est pourquoi nous déplorons l'absence d'une grande partie des députés fraîchement élus ou réélus lors de la formation — réalisée bénévolement par des experts — sur le dérèglement climatique à l’Assemblée Nationale. En effet, sur les 134 députés venus se former, seul un député des Républicains (sur un groupe de 59) et un député du Rassemblement National (sur un groupe de 88) étaient présents...


On peut donc comprendre l'intérêt des propositions récentes de formation de nos élus sur le dérèglement climatique et les limites planétaires. Une part croissante des élus reconnaît l'importance de la lutte contre le dérèglement climatique. Pourtant, les solutions et les trajectoires défendues semblent reposer sur des motifs essentiellement idéologiques, très éloignés des connaissances scientifiques actuelles...


Nul doute, comme le dit le dernier rapport du GIEC, que si tous les acteurs politiques et médiatiques étaient formés à ces enjeux, la qualité du débat public en sortirait nettement grandie.



————



📌 Notes de bas de page :

[1] Une campagne publicitaire est une campagne réalisée par une entreprise visant à promouvoir un produit ou un service dans le but de le vendre. En aucun cas la campagne d’affichage réalisée par Pour un réveil écologique ne cherche à vendre un produit ou un service.

[2] Un ou plusieurs articles seront dédiés à cette notion clé de consensus scientifique, encore largement méconnue ou incomprise du grand public.

131 vues